LA BELLE PYRENE

En ce creux de saison,  qui ressemble parfois à un faux automne, ce poème de Jean-Claude comme une ode à la blancheur hivernale :

 

La Belle Pyrène, rêveuse offre ses flancs,

Aux caprices d’Éole, qui la couvre de blanc.

Le givre et les brumes napperont ses vallées,

Du beau voile aérien d’une robe de mariée.

 

Les cascades et torrents pour ne point l’éveillé

Chuchoteront leurs chants, cesseront de couler.

Joubarbes et Myosotis, retenant leurs bourgeons,

Jusqu’au prochain printemps, déploieront leurs pompons.

 

Marmottes et souriceaux, hiberneront à l’abri,

Tout au chaud dans leur gîtes y seront bien tapis.

Les frimas de l’hiver ne vaincront  pas l’Isard,

Qui combat vaillamment les tempêtes et blizzards.

 

C’est une mère attentive bordant ses enfants,

Elle protège la nature sous son manteau d’argent.

Au sortir de l’hiver, dans sa grande bonté,

Renaîtra, revivra … restera Pyrénées.

 

Jean Claude Sanchez