PAS DE FUMÉE SANS FEU

L’écobuage est une pratique ancestrale, qui permet de revitaliser les pentes d’estive en détruisant par le feu les broussailles et les « refus » (mottes d’herbe délaissées par les troupeaux). Cette pratique est désormais strictement encadrée bien qu’il faille constater, ici ou là, des départs de feu hors autorisation. La période d’écobuage n’est pas achevée, mais un gros travail a été fait dans certaines vallées grâce au beau temps.

Pour nous randonneurs la consigne est simple : il faut impérativement renoncer au parcours dès que nous rencontrons un panneau règlementaire d’avertissement d’un brûlage en cours – même si aucune fumée n’est visible ; savoir renoncer également si nous constatons qu’un feu non signalé est en développement, risquant de déborder sur le cheminement envisagé.

No pasaran !

Et renoncer, parfois, ce n’est pas simple ! Il y a bien un panneau d’avertissement, mais on ne voit aucune fumée…Ou bien le feu parait si modeste, peut-être si éloigné du chemin, que le passage semble ne poser aucune difficulté…C’est là qu’il faut redoubler de vigilance : dans l’écobuage, le premier danger ne vient pas des flammes, mais de la fumée – laquelle a une fantastique capacité d’extension ; le second danger étant bien entendu la propagation du brûlage qu’une brise soudaine peut fortement attiser.

Dans le département 64, il existe désormais un site cartographiant les écobuages en préparation :  http://jaimelagriculture64.fr ; peut-être cette initiative pourrait-elle servir de modèle pour les Hautes-Pyrénées dans l’avenir…

La période de l’ écobuage devrait s’achever à la fin mars. Des autorisations sont encore données courant avril, tout dépendant de contraintes météo affectant les chantiers. Il revient aux randonneurs de bien comprendre ces lois du pastoralisme, sans lesquelles nos Pyrénées ne seraient pas aussi vivantes.     

Le Pibeste en feu