NOS ENCADRANT-ES OUVRENT LA SAISON

L’activité des encadrant-es Rando 65 ne se limite pas à proposer et animer des randonnées pour le compte de l’ association. Une ou deux réunions dans l’année, regroupant la communauté des encadrant-es , sont organisées afin que des réponses concrètes soient apportées dans tous les domaines intéressant les activités.

Questions touchant à la sécurité, mises en place de sessions de recyclage, séjours, manifestations festives à prévoir selon les saisons, gestion de Montapyr, etc, les sujets de discussion ne manquent pas. C’est bien la confrontation des expériences de chacun, comme le partage d’idées et d’initiatives, qui fait progresser ensuite toute l’association.

Pour cette réunion des bénévoles ouvrant la saison automne – hiver, Jean-Pierre Arnault, responsable encadrement, avait fixé le lieu de rencontre au jardin Massey. La réunion fut constructive et ce fut une réussite. Remerciement spécial à la belle météo, comme aux paons, aux canards et  aux écureuils pour leurs sympathiques interventions.

LA PHOTO DU MOIS : AOUT 2021

Première photo, sur notre site, du futur refuge ouvrant sur le bassin d’Aygues-Cluses, face au lac de Coueyla-Gran, et maillon de départ des grands circuits vers l’Oule, le Néouvielle, le Campana. Un projet de refuge qui restait dans les cartons depuis des années…

(photo incluse dans la galerie photos : les lacs de Barèges)

LA MARCHE NORDIQUE, UN STIMULANT !

La marche nordique a pris pied à Rando 65 depuis plus de deux ans et il faut remercier les encadrants qui la font vivre avec régularité ; celle-ci est importante pour l’intérêt de l’exercice.

La marche nordique est de la marche rapide ! Mais de quelle vélocité parle-t-on ? la sienne propre tout simplement ! Il ne s’agit jamais de courir, mais de trouver et gérer son meilleur rythme de marche, son rythme personnel, hors de tout esprit de compétition, en s’aidant de bâtons spécifiques grâce auxquels on trouvera appui et impulsion.

Il existe donc une gestuelle d’ensemble à acquérir, ni savante ni exigeante, mais logique. Dès lors que l’on maitrise la base : mettre un pied devant l’autre pour avancer, tout le reste se comprend au fil de la pratique. Les petites erreurs de coordination, de tenue des bâtons, de maintien du corps, se corrigent avec le temps.

Si la marche nordique convient à toutes et tous, elle est aussi tous temps et toutes saisons. Sauf pluie soutenue ou tempête, le marcheur ne craint pas l’adversité météo. C’est une bonne façon de s’accorder avec la nature et de l’apprécier dans les jours de grisaille.

L’art d’apprécier la pluie

Au final la marche nordique est un puissant stimulant sur le plan physique et celui du bien-être personnel. 80 à 90 minutes suffisent, ou plus selon affinités, pour cette aération du corps. Moral, cœur, vaisseaux, poumon, muscles se fortifient au fil des semaines, un atout pour aborder la randonnée traditionnelle. Il est bon de la pratiquer en groupe : l’effort sportif passe mieux quand il est partagé.

Tout cela pour un investissement en temps et en matériel limité : une paire de bâtons MN (prêt possible en fonction du stock à Rando 65), de bonnes chaussures à tige basse genre baskets ou trail, un mini sac-à-dos, et quelques demi-matinées  dans le mois selon ses possibilités !

JEAN-PAUL

Le goût des autres

Jean-Paul n’est plus parmi nous…

Il était encadrant et membre de notre Conseil d’Administration depuis plusieurs années. Organisation et tenue des permanences, suivi des adhésions, encadrement de randonnées, excellents descriptifs photo, il a participé très fortement à la vie de l’association.

Souvent hors des parcours classiques

Mais dans notre mémoire il reste et restera au-delà de ces rôles bien assumés.

Une passion, faire connaître sa montagne

Il portait en lui une vraie richesse, une richesse discrète que nous découvrions à mesure qu’on le connaissait. Foin des mots convenus qui accompagnent souvent une disparition ! Une gentillesse de plain-pied, la voix qui butait parfois sur la pensée, la solidité d’un montagnard de fond, voilà c’était notre Jean-Paul et c’était beaucoup, tout simplement…

AU ROYAUME DES AVEUGLES…

Tout récemment, et profitant de la pause pique-nique dans une randonnée collective sur les crêtes de la Hount Blanque, je partis voir le paysage qui se déploie au-dessus du lac de l’Œuf. Depuis un col sans nom le regard parcourt tout un vallon jusqu’au lac d’Aygues-Rouyes avant de buter sur la haute barrière des Baronnies.

J’ai toujours un appareil photo qui me démange les doigts et je cadrai le lac d’Aygues Rouyes, d’ailleurs sans conviction :  ce serait une image qui rejoindrait un fichier surabondant…

M’attardant ensuite sur le paysage, à la recherche de traces de sentiers, je m’aperçus brusquement que je n’étais pas seul et que l’on me guettait sans doute depuis un moment. Une vingtaine d’isards s’échelonnait sur un éperon d’éboulis juste en face de moi.

Je les avais captés dans mon objectif sans m’en apercevoir !

Sitôt découvert ce magnifique spectacle se désagrégea :  ma hâte à refaire une photo lança le signal d’une dispersion-éclair du troupeau

Et voilà l’histoire… J’étais resté aveugle une bonne minute face à cette colonie d’isards toute proche, toute visible ; à me demander quelle photo prendre plutôt qu’à simplement contempler la montagne… Vous en tirez la morale que vous voulez !

Mais la photo je l’ai quand même…

Jean-Christian